real-estate-tag-line

Je préfère la liberté

Je préfère la liberté

c’est encourager la liberté à l’échelon mondial, c’est libérer les individus et le potentiel qu’ils recèlent. La politique de développement repose sur l’acceptation fondamentale que tous les individus sont nés libres et égaux et possèdent des droits inaliénables.

La liberté est à la fois un bien absolu et une condition sine qua non du développement. Sans liberté, point de développement.

Lutter contre la pauvreté, c’est donner à chaque individu la possibilité et la capacité d’exercer une influence sur ses propres conditions de vie, tant du point de vue politique qu’économique et social.

C’est pourquoi une politique de développement se base sur les droits universels de l’Homme et les libertés fondamentales, tels qu’ils sont sanctionnés dans la Charte des Nations Unies et la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Il s’agit de droits et de valeurs fondamentaux relatifs à la vie, à l’intégrité et à la dignité de tous les individus.

La politique de développement doit garantir protection et liberté : protection contre la pauvreté, la peur et l’avilissement, ainsi que l’impuissance et l’injustice. Liberté de chacun de prendre son avenir en main et d’assumer sa propre vie.

Liberté de chacun d’exploiter pleinement ses ressources, pour son bien et celui de la communauté. Liberté de vivre une vie digne, dans une société juste et ouverte, où chacun a le droit de penser et de s’exprimer librement.

Le développement durable et la lutte permanente contre la pauvreté présupposent la démocratie, des marchés libres et efficaces, ainsi qu’un État aux institutions performantes, une société civile solide et une bonne gouvernance.

La pauvreté et la faim n’ont pas leur place dans des sociétés ouvertes et justes, où les dirigeants répondent de leurs actes vis-à-vis des citoyens et où les individus ont la possibilité d’assumer leurs responsabilités et de s’épanouir.

De même, l’instabilité et les conflits peinent à prospérer dans des sociétés pluralistes, axées sur la liberté de dialogue, des systèmes judiciaires efficaces ainsi que le respect de l’individu et de la communauté.

Si elle en est une condition préalable, la liberté ne garantit pas pour autant le développement et la lutte contre la pauvreté. À elle seule, la liberté ne permet pas d’assurer une vie digne, à l’abri de la pauvreté. Pour profiter de sa liberté, il faut pouvoir saisir les opportunités politiques, économiques et sociales qui se présentent.

Conditions qui ne peuvent être remplies lorsque les individus meurent du paludisme avant l’âge de cinq ans, lorsque la scolarité et les connaissances sont inaccessibles pour des raisons économiques ou culturelles, lorsque des conflits, des dictateurs despotiques ou le changement climatique poussent les individus à fuir, ou encore lorsque le marché ou la source d’eau potable les plus proches se trouvent à un jour de marche.

Aussi, une politique de développement doit-elle contribuer à mettre en place un cadre favorable à la liberté d’épanouissement des individus et veiller à ce que ces derniers puissent pleinement exploiter le cadre établi. La liberté et le développement se présupposent et se renforcent mutuellement.

Ainsi, la responsabilité internationale et la promotion des libertés universelles vont de pair avec la défense de nos propres intérêts. Elles représentent la base de notre engagement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Unable to display Facebook posts.
Show error

Error: (#10) This endpoint requires the 'manage_pages' permission or the 'Page Public Content Access' feature. Refer to https://developers.facebook.com/docs/apps/review/login-permissions#manage-pages and https://developers.facebook.com/docs/apps/review/feature#reference-PAGES_ACCESS for details.
Type: OAuthException
Code: 10
Please refer to our Error Message Reference.
=