real-estate-tag-line

Je préfère la liberté

Je préfère la liberté

c’est encourager la liberté à l’échelon mondial, c’est libérer les individus et le potentiel qu’ils recèlent. La politique de développement repose sur l’acceptation fondamentale que tous les individus sont nés libres et égaux et possèdent des droits inaliénables.

La liberté est à la fois un bien absolu et une condition sine qua non du développement. Sans liberté, point de développement.

Lutter contre la pauvreté, c’est donner à chaque individu la possibilité et la capacité d’exercer une influence sur ses propres conditions de vie, tant du point de vue politique qu’économique et social.

C’est pourquoi une politique de développement se base sur les droits universels de l’Homme et les libertés fondamentales, tels qu’ils sont sanctionnés dans la Charte des Nations Unies et la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Il s’agit de droits et de valeurs fondamentaux relatifs à la vie, à l’intégrité et à la dignité de tous les individus.

La politique de développement doit garantir protection et liberté : protection contre la pauvreté, la peur et l’avilissement, ainsi que l’impuissance et l’injustice. Liberté de chacun de prendre son avenir en main et d’assumer sa propre vie.

Liberté de chacun d’exploiter pleinement ses ressources, pour son bien et celui de la communauté. Liberté de vivre une vie digne, dans une société juste et ouverte, où chacun a le droit de penser et de s’exprimer librement.

Le développement durable et la lutte permanente contre la pauvreté présupposent la démocratie, des marchés libres et efficaces, ainsi qu’un État aux institutions performantes, une société civile solide et une bonne gouvernance.

La pauvreté et la faim n’ont pas leur place dans des sociétés ouvertes et justes, où les dirigeants répondent de leurs actes vis-à-vis des citoyens et où les individus ont la possibilité d’assumer leurs responsabilités et de s’épanouir.

De même, l’instabilité et les conflits peinent à prospérer dans des sociétés pluralistes, axées sur la liberté de dialogue, des systèmes judiciaires efficaces ainsi que le respect de l’individu et de la communauté.

Si elle en est une condition préalable, la liberté ne garantit pas pour autant le développement et la lutte contre la pauvreté. À elle seule, la liberté ne permet pas d’assurer une vie digne, à l’abri de la pauvreté. Pour profiter de sa liberté, il faut pouvoir saisir les opportunités politiques, économiques et sociales qui se présentent.

Conditions qui ne peuvent être remplies lorsque les individus meurent du paludisme avant l’âge de cinq ans, lorsque la scolarité et les connaissances sont inaccessibles pour des raisons économiques ou culturelles, lorsque des conflits, des dictateurs despotiques ou le changement climatique poussent les individus à fuir, ou encore lorsque le marché ou la source d’eau potable les plus proches se trouvent à un jour de marche.

Aussi, une politique de développement doit-elle contribuer à mettre en place un cadre favorable à la liberté d’épanouissement des individus et veiller à ce que ces derniers puissent pleinement exploiter le cadre établi. La liberté et le développement se présupposent et se renforcent mutuellement.

Ainsi, la responsabilité internationale et la promotion des libertés universelles vont de pair avec la défense de nos propres intérêts. Elles représentent la base de notre engagement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 hours ago

Jean Marc Henry

Rien ne tombera des cieux pourquoi attendre ?

Vivre maintenant !

Je me suis rendue compte que c’était aller contre le flux de la vie. A contre-courant. Vivre dans la peur plutôt que dans l’amour. Dans le futur plutôt que dans le présent.

Oui, tu sais, le passé et le futur n’existent pas. Seul le moment PRÉSENT existe.

Courir après tes rêves pendant toute ta vie, ce serait passer à côté de ta vie justement. Ce serait rater l’essentiel : vivre et savourer le moment présent.

Vous avez le pouvoir de créer votre propre réalité. Vous êtes libre de votre choix. Vous avez le libre-arbitre. Faites alors en sorte que votre vie soit le reflet de ce que vous voulez vraiment. Appliquez les recettes qui marchent. Agissez dans l’esprit d’améliorer votre vie. Acceptez ce qu’il vous arrive. Dites non à ce qui ne vous plaît pas ou plus. Les freins n’existent que là où vous les voyez. Les obstacles ne sont que là où vous acceptez qu’ils soient. Supprimez ces freins.

Contournez ces obstacles.

Et osez vivre une vie où vous vous sentez bien ici et maintenant, c’est-à-dire à chaque instant. N’est-ce pas notre seul but à tous ?

Regardez votre épouse, regardez votre époux, regardez vos enfants. Serrez les dans les bras, personne n’est éternel.

Beaucoup passent leur vie à courir après un idéal pourquoi a la finalité ?
...

View on Facebook

1 day ago

Jean Marc Henry

TOUS DES CROYANTS

Si je ne crois en rien c'est que ma croyance se limite à moi même.

A religieux ou religieux, sans ignorance nous sommes des véritables croyants.

Agnostique, cherches au dedans de toi même le secret de ton divin dehors disait Garat.

Car la véritable connaissance des choses commence par la connaissance de soi même.

Il y'a ceux qui croient en un Seul Dieu, créateur de l'univers et de tous les êtres Il y'a ceux que les yeux ne contemplent que la beauté de la nature façonnée d'une main invisible qui soulève tant d'étonnement encore.

Il y'a ceux qui parcourent les terres de Médine et de Jérusalem sur les traces des prophètes et hommes pieux qui ont marqués leur foi.

Il y'a les sages et les érudits qui défilent sur le chemin de l'Égypte et d'Athènes pour assouvir leur désir de la connaissance !

Des loges maçonniques à la gnose, des monastères aux religions monothéistes, nous ne cherchons que la lumière car nul être ne veut demeurer dans les ténèbres.

Ce qui est lumière chez les uns est ténèbres chez les autres, Et la seule vérité en qui l'on croit est la véritable illusion que l'autre combat.

Nous aspirons tous à la lumière mais nous n'empruntons pas tous la même voie Ce que l'oeil ne voit plus se cache juste au fond de nous même et ceux qui connaissent l'être suprême ne le connaissent que par la foi.

Nul peut douter que le soleil, la lune, les eaux nous cachent tant de mystères qui font d'eux des dieux.

Forêts sacrées ou monts divins.

L'homme se divinise ou divinise tant des choses à travers la force mentale qui accompagne sa foi.

Nous sommes des dieux très semblables à ce que nous avons comme Dieu Qu'il soit ici bas, sous la mère, sous la terre ou dans les airs.

A religieux ou religieux Sans ignorance nous sommes des véritables croyants Si nous ne croyons en rien C'est que nous croyons en nous même.

Dieu est dans le cœur des hommes, pas dans les murs de pierre.
...

View on Facebook
=