real-estate-tag-line

Criminalisation

la neutralisation et de strangulation de l’opposition existe.
Aujourd’hui un peu partout en Afrique, ses partisans sont en prison pour avoir simplement manifesté.
La criminalisation de l’opposition est un des aspect les plus pervers et les plus machiavéliques de la démocratie.
Au nom du respect de la dignité humaine, et parce qu’on considère que les pays vivent désormais dans une sorte d’«inquiétude généralisée»
On accuse toujours l’Occident qui a sa part de responsabilité mais le mal est bien plus profond il est au cœur des pays dans son propre sein.
Des femmes et des hommes meurent tout les jours trahi le plus souvent par leurs propres sœurs et frères pour quelques poignets de billet sale.

Je crains que demain ne soit pire qu’aujourd’hui j’espère que les peuples finiront par ouvrir les yeux.

Ce que je vais écris va etre violent j’attend a des milliers d’insultes mais je l’accepte avec plaisir mais STOP les fausses excuses nous sommes nos propres esclavages.

Dieu a inventé le chat pour que l’homme ait un tigre à caresser chez lui.

Etes-vous un tigre ? ou un chat ?

Beaucoup de nos peuples pensent que, au fond, l’économie et la politique sont une machine à broyer et nous, pauvres petits êtres, suivons sa folle logique. Qui dirige vraiment? Rien n’est écrit par avance. Les Etats, les entreprises et les individus peuvent prendre leur destin en main et travailler à leur bonheur. Comment? En améliorant leur économie et leur politique. Mais attention, il faut parfois prendre des décisions contre-intuitives et ne jamais crier victoire.

Même si leurs apparences sont bien souvent grotesques dans leurs postures, et leurs résultats économiques et sociaux pitoyables, même de leur propre point de vue, il faut prendre Certains hommes politiques au sérieux. Ils sont dangereux, y compris pour les libertés publiques.

Rien de bon ne sortira de cette confusion qui fabrique dégoût et colère. Seul des esprits étranges peuvent croire que tout cela peut se régler avec le temps où sagement, on viendra débattre avec ceux qui interdisent la liberté.

le cœur de sa vision humaniste d’une nouvelle politique et de l’économie.

Êtes vous le chat docile au pied de son maître ?

Êtes vous le tigre qui prend Le coeur de l’homme ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 hours ago

Jean Marc Henry

L'amour avec le grand A.

J’écris tous les jours en pensant à toi de petits textes d’amour pour toi mon amour et pour tous les amoureux du monde, parce que l’amour c’est tout ce qu’il y a de plus beaux dans ce monde.

Être amoureux, c’est d’abord accepter l’autre tel qu’il est. C’est accepter son passé, ses problèmes. C’est l’aimer malgrè tout, lui donner le temps. C’est aussi accepter les contraintes, telles que la distance, pas comme un fardeau mais comme un défi a relever chaque jour, pour se prouver que notre amour est plus fort. Enfait, être amoureux, c’est savoir que c’est la bonne personne, et que rien ne nous en séparera.

Qu’est-ce que l’amour ? C’est une profonde nécessité d’être un avec le tout, une profonde nécessité de dissoudre dans l’unité le toi et le moi. L’amour est ainsi parce que nous sommes séparés de notre propre source. De cette séparation naît le désir de retourner au Tout et de s’unifier avec Lui.
Ton ego es devenu une barrière entre toi et ta terre : le Tout. L’homme s’asphyxie, il ne peut plus respirer, il a perdu ses racines. Il n’est plus alimenté. L’amour est un désir de nutrition ; l’amour c’est s’enraciner dans l’existence.

L’amour est précieux pur et loyal. Il sourit et chante même dans les difficultés. Donner et recevoir, ressentir au plus profond de notre cœur ce sentiment qui nous chavire et nous conduit à vivre éternellement dans la passion, harmonieusement avec le désir et l’envie d’aimer tout simplement.

Je t’aime tout simplement.
...

View on Facebook

3 hours ago

Jean Marc Henry

Aujourd'hui, une pensée pour ceux qui souffrent en silence.

Tous tes mots, je les ai crus comme un enfant.

Parce qu’on est tous un peu naïf je crois et quand on a pas connu l’amour, il n’y a rien qu’on veut plus au monde que de le connaître. C’était mon cas du moins. J’étais stupide et je le suis encore, c’est vrai, mais je l’étais dans ma tête d’abord et avant tout. Prêt à croire absolument n’importe quoi. Comme que le temps allait s’occuper de tout, qu’il me suffisait d’attendre et d’être patient. Comme un chien patient qui attend le retour de son maître devant la porte en pleurant.

À toi qui m’as blessé,

Je te faisais confiance, mais ce n’était pas assez. Je t’ai tout donné, mais ce n’était pas assez.

Je n’oublie pas, jamais. Les cicatrices, elles sont là et elles me rappellent ma faiblesse à une époque et la force que j’ai maintenant. J’ai passé des années à regarder en arrière avec l’espoir d'un changement. Maintenant, quand je regarde en arrière, tu es là. Je t’envoie la main, mais je n’attends plus. J’ai fini d’attendre. J’ai trouvé l’amour dont j’avais besoin : de l’amour pour moi-même avant d’aimer quelqu’un. Et mon dieu que ça fait toute la différence !

Je te souhaite de faire de même, car quand j’y pense, je sais pas lequel de nous deux manquait le plus d’amour envers soi-même.

Aujourd’hui, je souris et je ris.

J’ai cru que le chemin vers ton cœur serait mon rire et ma bonne humeur. Honnêtement, ces choses-là m’ont mené loin dans la vie, mais pas avec toi.

Puis un jour, tu as commis l’irréparable et j’ai décidé que c’était assez. J’ai pris la décision de te sortir de ma vie avec toute la force qui me restait. J’ai eu mal, j’ai pleuré, j’ai pensé reculer, mais je n’ai jamais abandonné. Puis finalement, c’est moi qui ai gagné.
...

View on Facebook
=