real-estate-tag-line

Après des années de confit meurtriers, un accord est en marche.

L’Ouganda commence à se retirer du Soudan du Sud en application de l’accord de paix, conclu le 26 août dernier, entre le président Salva Kiir et son adversaire Riek Machar.

L’armée ougandaise était entrée au Soudan du Sud en décembre 2013 pour aider le président Salva Kiir, alors en guerre avec une partie de son armée qui avait basculé dans l’opposition. Selon le chef d’état-major de l’armée ougandaise, les troupes doivent être totalement parties d’ici la première semaine de novembre.

Ce retrait du continent ougandais est l’un des points clés de l’accord de paix signé entre Salva Kiir et son adversaire Riek Machar. Dès l’insurrection d’une partie des forces armées à la mi-décembre 2013, Salva Kiir, mis à mal par les forces de Riek Machar, avait sollicité l’aide de Kampala.

Yoweri Museveni avait immédiatement envoyé un millier d’hommes, selon les estimations, pour sanctuariser la capitale Juba. Ses hélicoptères de combat avaient même permis au régime de repousser plusieurs attaques. Riek Machar avait alors fortement critiqué l’intervention du voisin ougandais, menaçant même de faire déborder la guerre au-delà des frontières.

Désormais, la paix est conclue, elle prévoit une démilitarisation de la capitale Juba afin de permettre à Riek Machar d’y retourner dans le cadre de l’accord de partage du pouvoir. Reste que le président Salva Kiir n’a pas tout à fait digéré le départ de l’armée ougandaise. Dans une interview à la presse américaine, il estime que la démilitarisation de sa capitale est une menace pour l’intégrité territoriale du Soudan du Sud.L’Union africaine (UA) a souligné que l’accord devait être non seulement signé mais aussi appliqué, appelant les deux parties à une «sincère réconciliation» et à «mettre les intérêts du Soudan du Sud et de ses habitants au-dessus de leurs intérêts particuliers». Tout ce que nous pouvons souhaiter à ce pays est de se développer en paix après des années de conflit.

Selon moi, il s’agit déjà là d’une belle avancée, mais malheureusement les blessures entre ces deux ethnies seront très longues à cicatriser. Ce conflit tribal ne pourra jamais se résoudre même avec un consensus de paix, car les doubleurs sont trop profondes et la guerre laisse une trace traumatisante dans l’esprit du peuple. Il faudra donc un effort énorme de pardon des deux côtés, chose ce qui me semble encore très difficile…

Il reste à espérer que cet accord de paix donnera lieu à la mise en place d’un développement économique à la hauteur des énormes potentiels que procède le Sud Soudan. Les ressources aussi bien pétrolières que minières ou encore agricoles peuvent offrir un grand essor à ce jeune pays.

Avec la mise en place d’infrastructures dignes de ce nom et une vraie politique de développement win to win avec les partenaires internationaux, le Sud Soudan peut espérer un avenir prometteur.

 

Jean Marc Henry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Unable to display Facebook posts.
Show error

Error: (#10) This endpoint requires the 'manage_pages' or 'pages_read_engagement' permission or the 'Page Public Content Access' feature. Refer to https://developers.facebook.com/docs/apps/review/login-permissions#manage-pages and https://developers.facebook.com/docs/apps/review/feature#reference-PAGES_ACCESS for details.
Type: OAuthException
Code: 10
Please refer to our Error Message Reference.
=