real-estate-tag-line
Quote

La dictature sous toutes ses formes doit être éradiquée du sol africain et elle le sera. Ceci dit, revenant aux réflexions/débats que nous nous faisons le devoir de partager avec nos frères, et soeurs d’Afrique et autres bonnes volontés de par le monde, nous avons été souvent approché par des amis qui nous aiment bien. Ces derniers ont attiré notre attention sur les risques que nous prenons en confrontant tous ceux qui oeuvrent pour le statu quo en Afrique. En fait, toutes les forces opposées à toute démocratisation des institutions et l’Etat de droit en Afrique. Et bien, comme on le dit: “La crainte de Dieu est le commencement de la sagesse” Oui, nous craignons Dieu. Mais à l’oppose, nous ne craignons nullement les hommes et il ne s’agit pas de naïveté. Nous sommes conscients de la capacité de destruction des forces opposées aux nations et aux peuples africains mais ne confondons pas force et bestialité. Car, si tel était le cas, que dirions du Créateur de cet univers dont la toute puissance se conjugue en miséricorde et amour. Du reste sur un plan purement humain, lorsque nous célébrons ces leaders hors du commun et autres grands hommes, nous honorons la force (talent, génie, humanisme, courage, détermination patriotisme et autres) mise au service/profit de la défense de la liberté, de la paix et des peuples. Le don de soi au nom de la vérité et des générations futures pouvant aller jusqu’au sacrifice suprême. Par ailleurs, la fraternité étant l’âme de l’Afrique, nous ne perdons pas de vue la fraternité qui nous lie aux dictateurs africains. Toutefois, notre lutte pour la démocratie et l’éradication de la dictature autant que la défense des intérêts du continent demeurera sans compromis ni compromission aussi longtemps que l’Eternel nous gardera le souffle de vie.

A ces forces hostiles à l’Afrique, nous leur disons attention : l’Afrique s’éveillera

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 hours ago

Jean Marc Henry

Pourriture humaine

Et oui, l’homme est pourri, l’homme est nul, l’Homme est mauvais. Pas fichu d’être bon, pas fichu d’être vertueux, pas fichu d’être… ce qu’il serait bien qu’il soi. L’homme est un prédateur, un « loup pour l’homme », un nuisible. Toute activité sociale ne serait que tentative de chacun de berner et porter préjudice à l’autre. C’est donc la vérité indiscutable de notre temps : l’Homme est mauvais ! Alors, que faire avec ce trait de caractère ?

La première solution qui serait proposés, c’est de ne pas renoncer aux « valeurs », à la « morale », mais justement, les imposer. Combien de fois n’ai-je pas entendu : « tu sais, les hommes sont mauvais, ils sont belliqueux, ils ont besoin d’un coup de bâton pour marcher droit.

La deuxième solution proposée est de laisser faire. L’Homme serait mauvais, c’est sa nature profonde, au temps le laisser s’exprimer, libre de toutes contraintes. L’Homme veut nuire aux hommes, laissons le faire, c’est bien, puisqu’il exprime ainsi son humanité. Vue ici le propos type : « l’homme sera toujours un salaud qui ne pense qu’au fric.

C’est la nuisance décomplexé, mieux, porté au titre de « modèle de référence », il est nuisible, nous le savons nuisible, puisque nous le qualifions ainsi, et le « bien » est de le laisser faire ce qui est nuisance ! Ainsi, le pillage, le piétinement des autres, l’exploitation, l’égoïsme, c’est bien, l’équité, la justice, la paix ou l’égalité, la solidarité, c’est des « trucs de moralistes irréalistes et utopistes ».

Ces deux options semblent donc éloignés, opposés même, mais en fait, elles sont sœurs. Elles partent du même point de départ qui est « la nature profonde de l’Homme est foncièrement mauvaise ». Juste change les discours et les points de vue, la contrainte ou le laissé faire. Toujours pas convaincu par le fait que c’est au final la même chose ? Demandez-vous alors quel est l’aboutissement de la loi du plus fort..

Et si en fait, il n’existait des gens bons et mauvais partout ? Non, là aussi, ce serait trop simpliste, un homme n’est pas un bloc homogène qui n’évolue pas… la question me semble être plutôt « et si les hommes étaient bons et mauvais à la fois selon les moments, les endroits et les fréquentations ? »

Je ne m'étonne jamais de voir des hommes mauvais, mais je m'étonne souvent de ne les point voir honteux.
...

View on Facebook

5 days ago

Jean Marc Henry

L’amour doit être basé sur la confiance

Le vrai test de confiance dans une relation, c’est la capacité de partager ses secrets, ses luttes, ses peurs enfouies et ses échecs, d’avoir une intimité basée sur l’honnêteté. Il faut du courage pour être honnête, et plus encore pour être honnête l’un avec l’autre.

La relation entre Adam et Ève est décrite en ces termes : « L’homme et sa femme étaient tous les deux nus et n’en avaient pas honte » (Ge 2.25). Ils étaient ouverts et transparents l’un pour l’autre parce qu’il n’y avait rien à cacher ni de quoi avoir honte. Peut‐être avez‐vous été tellement blessé(e) dans une relation que vous avez dit : « Je ne ferai plus jamais confiance à personne ».

C’est que vous n’êtes pas encore guéri(e). Ne plus jamais faire confiance, c’est comme vivre dans une tour d’ivoire. Rien ne peux vous atteindre, mais vous êtes tellement détaché(e) de la vie que vous n’avez plus conscience des gens. Vous ne parlez que du passé car vous avez cessé de vivre depuis longtemps.

L'amour vrai et durable ne peut s'établir que sur l'échange des sentiments, et cet échange n'est possible qu'entre deux êtres capables de se comprendre et de s'absorber l'un dans l'autre dans la confiance.

Ne plus croire en l'amour, c'est ne plus croire à la vie.

Aimez, aimez, tout le reste n’est rien.

Il n’y a qu’un remède à l’amour: aimer davantage.

Je t'aime tellement.
...

View on Facebook
=